Le Portrait de Dorian Gray

Publié le par unyvert.over-blog.fr

le portrait de dorian gray 

 

Le héros de l'unique roman d'Oscar Wilde doit rester éternellement jeune : son portrait seul sera marqué progressivement par le temps, les vices, les crimes, jusqu'au drame final. Dans ce chef-d'oeuvre de l'art fin de siècle (1890), l'auteur a enfermé une parabole des relations entre l'art et la vie, entre l'art et la morale, entre le Bien et le Mal. Les apparences du conte fantastique, et du roman d'aventures, où le crime même ne manque pas, fascinent le lecteur ébloui par les dialogues étincelants de l'auteur de théâtre, les paradoxes de l'esthète, la phrase du poète. La tragédievécue par l'écrivain, le bagne, le déshonneur, la mort prématurée laissent ainsi, lisse et pur, son roman unique.

 

Mon avis:

 

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de "classique", et il était grand temps que je m'y remette! 

J'ai lu avec plaisir ce roman que je ne connaissais absolument pas et qui m'a permit de découvrir l'univers du fameux Oscar Wilde. Et mine de rien, bien que je ne sois pas une grande adepte de la littérature des siècles passés, il faut bien le reconnaître, elle a une noblesse que l'on ne retrouve plus beaucoup aujourd'hui. Le phrasé est superbe, les descriptions sont majestueuses et chaque élément est détaillé avec beaucoup de soin et de recherche. 

 

Au commencement du roman, alors que Dorian Gray n'est alors qu'une âme pure et non pervertie par les paroles du fou Henry Wotton, les chapitres se succèdent en douceur, et l'éloge de la beauté prend toute son importance avec celle du personnage principale. Les discours sur la beauté et l'art sont intéressants et surtout révèlent, même si Dorian n'est qu'un personnage insipide au départ, ce qui composera principalement la vie de Mr Gray. 

Puis, crescendo, le rythme s'accélère, tout comme la dégradation de l'âme de Dorian. L'arrivée du portrait. Le coeur qu'il brise et la mort de sa première aimée. La contemplation de sa beauté et son adoration, avec  l'obsession qu'il a du tableau maudit qui montre son âme pervertie. 

Et au fur et à mesure, l'univers du roman, que ce soit à travers le personnage que la façon d'écrire, s'assombrit.Le malaise s'installe et l'horreur débute. 

La déchéance arrive. 

 

J'ai adoré lire ça. Cet escalade vers le déclin, ce commencement magnifique puis terrifiant de l'homme et de la perte de son âme. J'ai "avalé" (pardonnez moi l'expression) chaque mot de ce roman parce que justement, ils se font aujourd'hui plus rares pour beaucoup car peu modernes. Et les descriptions, bien que pas toujours évidentes car elles font références à de nombreuses choses que je ne connaissais pas (lunivers des tapisseries, des fleurs etc...) ont été instructives. 

 

De plus, il faut le dire parce que cela ne m'arrive que peu, je n'ai pas du tout aimé le personnage de Dorian Gray. Bien au contraire. Intéréssant, très même, il n'en reste pas moins une pâte à modeler qui ne serait pas devenu ce personnage là si il n'avait pas rencontré Lord Henry. Et bien qu'il l'eut "formé" à son image, j'ai nettement plus apprécié ce personnage là beaucoup plus miachiavélique bien que moins torturé que Dorian Gray. 

 

Oui ce livre m'a fortement intéressé et m'a donné envie de découvrir (une fois n'est pas coutume) l'univers et la vie d'Oscar Wilde. Il faut bien un début à tout non?

 

 

Publié dans Avis livresque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
<br /> Je l'ai finis il y a quelque jour et j'en garde un très bon souvenir =)<br /> <br /> <br /> Je te laisse ma chronique si tu veux: http://metamorphoselivresque.blogspot.fr/2012/06/le-portait-de-dorian-gray.html<br />
Répondre